Podcast : "Auguste Sander"
(Les Capsules du Savoir - Histoire)

Texte de la capsule.

 

Matis : Bonjour à toutes et à tous, aujourd'hui nous allons parler d'un photographe allemand nommé August Sander. Nous allons pouvoir parler de son exposition qui fait parler d'elle et met en avant son talent incroyable pour nous en apprendre un peu plus sur lui. Nous allons accueillir un historien apte à nous en parler.

Paul :Bien, bonjour à tous, tout d'abord pour votre culture générale, M.
Sander est né le 17 novembre 1876 à Herdorf, (Rhénanie-Palatinat) et est
mort le 20 avril 1964 à Cologne. Il a découvert la photographie par hasard,lorsque qu'il travaillait dans la mine

Matis : Parlez nous un peu de lui. Comment est-il considéré?

Paul:  Il est considéré comme un portraitiste scrupuleux de la République de Weimar, il associe photographie documentaire et pratique artistique, une façon de faire très respectable aujourd'hui.

Matis  : Oui, et pour lui, la photographie pouvait se décomposer en trois mots ou plutôt actions :  « Voir, observer, penser ». N'est-ce-pas pas ?

Paul : Exactement ! Ce photographe gagne sa popularité de par son
développement  du concept de l'oeuvre de sa vie : la présentation des hommes du XXème siècle et en particulier de la société en Allemagne, et de par son courage

Matis : Parlez  nous un peu de son exposition

Paul : En tout, son œuvre comporte environ 600 portraits qui passent en revue les diverses strates de la société allemande.
Il montrait ses modèles sans expression sur leur visage. À partir de
portraits individuels, c’est tout un peuple qui émerge, dépassant la simple analyse, c’est une sorte d’hymne à son temps, sans concession, sans détachement non plus.

Matis : comme vous me disiez avant, cette objectivité est liée à celle qui prévalait dans les autres arts, peinture, cinéma, et que Sander connaissait fort bien, car il l’a côtoyée et l’admirait. Il l’utilise pour scruter, donner à voir sans juger, malgré parfois une ironie féroce sous-jacente. Son approche est contemporaine des premiers opéras féroces d’Hindemith, du dadaïsme, et en peinture d’Otto Dix, du courant de la Nouvelle Objectivité.

Paul: oui, il est le grand photographe connu de ces années là durant la
grande guerre et le fait que son expo ressorte actuellement avec un total de 600 portraits refait parler de lui et le fait ressortir du passé pendant quelques temps. Je vous conseille fortement cette magnifique expo à voir en famille