Bonjour à vous chèrs auditeurs, nous sommes Martin et Laurine, deux
sociologues. Nous aborderons le thème suivant : Paris au centre du réseau urbain français.

La France est un pays très urbanisé, à l'image des autres pays
industrialisés et développés : 82 % de la population vit dans une aire
urbaine. L'urbanisation de la population française a été progressive depuis la seconde moitié du 19 siècle grâce notamment à l'exode rural qui s'est terminé dans les années 1960. Depuis cette période, les villes concentrent la population et structurent l'espace.


Croquis de la France, représentant ​la suprématie parisienne par rapport
aux autres villes.  source
<http://hgjbs.canalblog.com/archives/2014/02/14/29207562.html>

Rappelons à nos auditeurs ce qu'est l'exode rural : migration des
habitants des zones rurales, et principalement de la population agricole,vers les zones urbaines. Ces dernières décennies ont vu une accentuation du processus d'urbanisation et des mouvements de population en faveur des plus grandes métropoles, qu'on appelle la métropolisation, mais aussi une migration des citadins vers les périphéries rurales des agglomérations, qu'on appelle la périurbanisation. Ces mouvements de population ont aussi entrainé une redistribution des populations à l'intérieur des villes et un
certain accroissement des inégalités socio-spatiales. Dans ce contexte, les espaces urbains, très attractifs, sont des enjeux majeurs du développement.

Pour en revenir à notre sujet : La caractéristique majeure du réseau
urbain français est la taille exceptionnellement forte de Paris par rapport aux autres villes. Par rapport à Marseille, deuxième ville de France,l'agglomération parisienne est 9 fois plus importante. Paris et sa banlieue regroupent à elles seules près du sixième de la population de la France.
Pour évoquer cette suprématie parisienne, les géographes parlent de
macrocéphalie urbaine, c'est à dire l'organisation d'un espace largement
dominé par un pôle unique concentrant population, activités et fonctions, au point d'empêcher le développement de pôles secondaires. Actuellement, le territoire français redessine en fonction de la métropolisation accrue mais aussi des mobilités.

Voyons maintenant les conséquences sur le réseau urbain français
Le fait que Paris soit trop grand par rapport aux autres villes a des
conséquences de premier ordre. A côté d'une agglomération parisienne de
plus de 10 millions d'habitants, les grandes villes françaises ont du mal à établir leur rôle régional fondé sur la seule puissance démographique.

La capitale a une influence en rapport avec sa taille c'est-à-dire
qu'aucune ville ne peut rivaliser avec elle. Les métropoles importantes
sont ainsi repoussées en périphérie de la capitale Lille, Marseille,
Bordeaux, Toulouse ou Rennes. Entre Paris et ces villes, il existe donc une vaste zone non polarisée non soumise au rayonnement d'une métropole sur unegrande partie du territoire.

Capitale d'un Etat construit autour du centralisme administratif,
l'agglomération parisienne regroupe tout à la fois 1/6 de la population
française, les principales activités de commandement politiques et
économiques français mais aussi plus de 40 % des cadres supérieurs d'un
pays de 60 millions d'habitants : historiquement, la préséance est
parisienne.

Dès 1963 et surtout depuis 1982, le mot d'ordre, c'est la décentralisation,de sorte que les principales villes françaises ont vu se renforcer leurs fonctions de rayonnement par délégation régionale, on cherche à donné un maximum d'importance et de puissance aux différentes métropoles françaises.
Cette délégation est la clef de voûte de la politique de polarisation
urbaine réalisée autour de l'attraction d'un centre urbain aux pouvoirs
politiques et économiques accrus et capable d'organiser son propre système urbain.

Merci à tous de nous avoir écouté, nous espérons vous avoir brievement
expliqué l'importance de paris dans les réseaux urbains français

Laurine Dufrenne, Martin Lemaire
1ES2